L'album italien de Mansart de Sagonne (1735)

L’album italien de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, conservé à la Bibliothèque municipale de Versailles, présente un double intérêt :

Il constitue un témoignage rare de l’importance manifestée par un architecte pour le paysage. Intérêt d’autant plus singulier qu’il fut réalisé dans le second quart du XVIIIe siècle, lors du périple de l’architecte dans la péninsule en 1735. Il présente ainsi déjà une sensibilité préromantique, bien avant les vues semblables d’artistes comme Fragonard, Hubert Robert …, et surtout d’architectes tels que Charles-Louis Clérisseau ou Robert Adam, dans la seconde moitié du siècle.

  Album italien de Mansart de Sagonne (cl. Ph. Cachau)       Le Campo Santo de Pise avec le baptistère (cl. Ph. Cachau)

Cet album constitue aussi l’un des rares témoignages du séjour d’un architecte français en Italie au début du XVIIIe siècle. Hormis François d’Orbay, Robert de Cotte et Jacques V Gabriel, respectivement grand oncle et grand cousin de notre Mansart, à la fin du XVIIe, bien peu firent en effet le voyage à cette époque. Ainsi, aucun des Mansart ne s’y était rendu avant lui. Le séjour, rappelons-le, deviendra obligatoire à partir des années 1750 et l’arrivée du marquis de Marigny à la tête des Bâtiments du roi (1749).

De format italien précisément (31 cm x 20 cm), ce recueil, gainé de cuir et doré sur tranche, est d’autant plus émouvant qu’il constitue l’un des rares témoignages sur la formation et les goûts du dernier Mansart. Il s’était rendu en effet en Italie sur les conseils du duc d’Antin, directeur des Bâtiments du roi, successeur de son aïeul Hardouin-Mansart dans cette fonction, à la veille de son élection à la seconde classe de l’Académie en 1736.

  Florence, le Ponte Vecchio (cl. Ph. Cachau)       Rome, Temple d'Antonin et Faustine sur le Forum (cl. Ph. Cachau)

L’album présente une quarantaine de vues à travers l’Italie : il ouvre sur le port de Livourne en Toscane et finit par celui de Trieste sur l’Adriatique. Mansart de Sagonne sillonna ainsi la Toscane (vues de Pise et de Florence), l’Ombrie, le Latium et les Castelli romani, Rome, Tivoli, et acheva son périple par Venise et la Vénétie : le Grand Tour avant l’heure !

Ces 40 vues à l’encre noire témoignent de la parfaite maîtrise technique de l’artiste-architecte. Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’architecture n’est pas représentée pour elle-même, contrairement à l’usage, mais sert de prétexte à de beaux paysages de ruines, antiques ou médiévales (avant l’heure là aussi). On notera également sa nette prédilection pour les vues panoramiques et la mise en perspective. Ce dernier aspect marque ici l’influence des cours de Jean Courtonne à l’Académie royale et l’importance qu’elle revêtait alors dans la formation des architectes. La mise en perspective des bâtiments fut d’ailleurs une grande préoccupation chez les Mansart depuis François Mansart. Mansart de Sagonne l'appliquera merveilleusement à Saint-Louis de Versailles face à sa rue axiale (rue de la cathédrale) et au château d'Asnières et sa grande allée notamment.

  Cascades de Tivoli (cl. Ph. Cachau)       Rome, la place Saint-Pierre vue du palais du Vatican (cl. Ph. Cachau)

Cet album fut acquis, sur nos conseils, par la Bibliothèque municipale de Versailles en octobre 1999. Il nous avait été signalé en 1997 par feu Marcel Raynal, alors vice-président des Amis de Versailles. Vous pourrez en découvrir plus amplement toutes les facettes dans notre article paru dans le Bulletin de l’Histoire de l’Art Français, année 2007, 2008, p. 157-171.

  Vue panoramique de Venise (cl. Ph. Cachau)       Venise, San Giorgio depuis le campanile de la place San Marco (cl. Ph. Cachau)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×