Jérémie Benoit

Retour des Blin de Fontenay de Caen à Trianon, septembre 2016

En septembre dernier, le salon de compagnie de l’Empereur au Grand Trianon a vu le retour de deux œuvres de Jean Belin, dit Blin de Fontenay (1653-1715). Conservées au musée des Beaux-Arts de Caen, ville dont l’artiste était originaire, ces œuvres font partie des derniers tableaux, saisis à la Révolution et dispersés dans les musées de province sous le Premier Empire, à n’être pas revenus lors de la restauration du palais par le général De Gaulle en 1963-1966.

Cette remise en place a pu se faire grâce au signalement que nous avions donné à la conservation du château de Versailles en 2011, après une visite du musée de Caen. Connaissant parfaitement ce salon pour avoir vu restituer, en 1985-1986, le mur à pans concaves au fond – la pièce était alors au carré – et ses boiseries par Pierre Lemoine, conservateur en chef des châteaux de Versailles et de Trianon à cette époque, nous avions souvenir de l’aspect des dessus de porte qui s’y trouvaient et qui étaient toujours manquants. 

                                Blin de Fontenay, Fleurs, Trianon, fin XVIIe                   Blin de Fontenay, Fleurs, Trianon, fin XVIIe                           

Cette remise en place nous est d’autant plus sensible qu’elle vient parachever le travail d’identification des toiles du Grand Trianon conduit dans les années 1960 par Antoine Schnapper (1933-2004), grand professeur d’histoire de l’art à Paris-IV, et qui donna lieu à son fameux ouvrage Tableaux pour le Trianon de marbre 1688-1714, publié à Paris et La Haye en 1967. Professeur dont je fus l’élève de 1987 à 1989. Il évoqua souvent, dans ses cours sur Louis XIV et la peinture à l’Institut d’histoire de l’art, rue Michelet, à Paris, ses recherches, ainsi que les déboires de la restauration de certaines toiles avec des méthodes américaines voulues par Gérald Van Der Kemp (son épouse était américaine, ndlr).

On rappellera que Blin de Fontenay, spécialiste français de la peinture de fleurs à l’instar des peintres flamands ou hollandais, s’était vu commander la plupart des dessus de porte, de cheminée et de glace sur ce thème. Louis XIV avait souhaité dédier, en effet, son nouveau palais de marbre, et sa résidence familiale (ndlr), à la déesse Flore.

                                                             Trianon, salon de compagnie de l'Empereur, vue des tableaux en place                                                           

Conçu par Jules Hardouin-Mansart en 1687-1688, le Grand Trianon est aussi un lieu qui nous est cher pour y avoir travaillé plusieurs mois dans les années 1980 alors que nous entamions nous études en histoire de l’art. Rappelons que le palais servit de modèle à l’une des grandes réalisations de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne en Allemagne, la seule effective des Mansart à l’étranger, le château de Jägersburg (1752-1756).

Avec la remise en place de ces toiles, c’est donc la restitution des décors peints du Grand Trianon, entamée il y a 50 ans, qui s’achève ici.

                                                                 Vue du salon de l'Empereur avec ses nouveaux rideaux