Mansart

Blondel - Mansart de Sagonne : le talent escamoté

Les actes du colloque Jacques François Blondel. La dernière leçon de l’architecture à la française tenu à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, le 14 décembre 2017, viennent de paraître, aux éditions Mardaga, sous la direction d’Aurélien Davrius, maître de conférences à l’École supérieure d'Architecture Paris-Malaquais.

 

     Actes  du Colloque Jacques-François Blondel 2017, éd. Mardaga, A. Davrius (dir.), 2022

 

Le sommaire est excellent et vous pourrez y découvrir mon article "Blondel et les Mansart : une leçon particulière" (p. 33-53).

Il est l’occasion de rappeler les relations ambivalentes qu’entretînt le grand maître de l’enseignement de l’architecture en France au XVIIIe siècle envers ceux qu’il considérait comme des modèles, à prendre ou à rejeter suivant qu’ils relevaient du génie ou du talent.

Si le goût prononcé de Blondel pour l’œuvre de François Mansart est bien connu, on oublie souvent, cependant, qu’il montra un égal attrait pour l’activité de Jules Hardouin-Mansart, partagé entre l’intellect de l’un et l’affect de l’autre.

S’agissant du troisième membre de la dynastie, à savoir Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, architecte du roi, Blondel l’ignora superbement, n’évoquant ses bâtiments que de manière laconique.

On découvrira dans cet article comment leurs relations communes avec le grand sculpteur-ornemaniste Nicolas Pineau, mais aussi avec les Voyer d’Argenson à travers l’Académie de Saint-Luc, ou le projet de Trianon allemand que constituait le château de Jägersburg pour le duc Christian IV des Deux-Ponts, furent autant de motifs de frictions ou, tout du moins, de rivalités entre les deux hommes.

Cette relation « particulière » rejaillit naturellement sur Pierre Patte, disciple de Blondel, qui succéda à Mansart de Sagonne au service du prince allemand.

Après Blondel, l’activité de Mansart de Sagonne fut escamotée à son tour par Pierre Patte, notamment dans son grand ouvrage Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV (1765) qui recense les grands projets de places royales dédiées au roi. Le dernier Mansart n’apparait pas quoique, suite à mes travaux en thèse, il figure comme l’architecte du roi qui avait le plus investi ce thème, tant à Paris qu’à Marseille*.

Ses grands projets royaux, dont celui de l’église royale Saint-Louis de Versailles, ne seront guère mieux traités par les deux hommes. C’est ainsi que l’architecte du roi demeura un éternel inconnu jusqu’au XXe siècle.

Après tant de vicissitudes, je livre donc aux amateurs d’architecture XVIIIe cet aspect méconnu de l’activité de Blondel et de ses liens avec le dernier des Mansart.

 

                    Jacques-François Blondel, Cours d'Architecture, Paris, 1771-1777                 Jacques-Francois Blondel, portrait anonyme, Paris, Musée Carnavalet

 

____________________________

*Cf. nos articles : "Un projet inédit de place royale et d’hôtel de ville à Marseille par Mansart de Sagonne (1752)", Bulletin Monumental, 1996, n° 1, p. 129-147 ; "Les projets de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne pour la place Louis XV de Paris (1748-1753)", Paris, capitale des arts sous Louis XV, annales du Centre Ledoux, tome 2, Paris-Bordeaux, 1998, p. 129-147 ; "L'hôtel de ville de Marseille. Vicissitudes de l'aménagement urbain sous Louis XV" in Hôtels de ville. Architecture publique à la Renaissance, ouvrage collectif sous la direction d'Alain Salamagne, Rennes et Tours, 2015, p. 319-344.

Attributions Mansart, 1988-2022

Depuis plus de 30 ans, nos recherches nous ont conduit sur la piste de plusieurs bâtiments et projets rendus ou attribuables aux cinq Mansart.

Après l’article général sur la dynastie, publié en décembre 2016 dans le n° 11 du Bulletin de la Société des Amis du Château de Maisons, il nous a semblé intéressant d’en rappeler la liste aux historiens et amateurs des XVIIe-XVIIIe siècles.

Cette liste sera complétée à chaque nouvelle découverte :

 

François Mansart (1598-1666)

-Château des Hauldres à Etiolles (Essonne), 1641-16421

-Château de Trois-Villes (Pyrénées Atlantiques), 1660-16632

 

Jules Hardouin-Mansart (1646-1708)

-Hôtel de Beauvillier, 12-14 rue de l’Indépendance américaine, Versailles, 16813

-Hôtel de Chevreuse, 8-10bis rue de l’Indépendance américaine, Versailles, 16823

-Hôtel de Croissy, 7 rue de l’Indépendance américaine, Versailles, 16833

-Pavillons d'entrée de la cour du château et pavillon de Manse à Chantilly, 1686-1688

-Hôtel-Dieu, Saint-Aignan-sur-Cher (Loir-et-Cher), 16994

-Parc et jardins du château de Sourches (Sarthe), d'après le projet livré, 1701, parachevé en 17125

-Chapelle du château de Serrant (Maine-et-Loire), d'après le projet livré, années 17006

 

Pierre Delisle-Mansart (1641-1710)

-Maisons du marché Notre-Dame, Versailles, 1672-16747

-Maison Delisle-Mansart, 2 rue au Pain, Versailles, 16727

-Maison de la veuve de La Rue, 4 rue au Pain, Versailles, 16727

-Maison de Mathurin Lamy, notaire, 17 rue des Deux-Portes, Versailles, 1673-16747

-Maison de Melle des Œillets, 12 rue André Chénier, Versailles, 1673-1674 (détruite)7

 

Jean Mansart de Jouy (1705-1783)

-Hôtel Potier de Novion, 12 rue du Parc Royal, Paris, 17338

-Eglise Saint-Médard  (décor intérieur), Brunoy, 1748-17509

-Projet pour le château de Sourches (Sarthe), 1747-174810

-Restauration des 21 fermes du marquisat de Sourches, 1747-175210

-Pavillon neuf du château de Chaillou, Indre, 175611

-Pavillon de chasse de Louis-Charles de Bourbon, comte d'Eu, en forêt de Dreux, 175612

-Hôtel de Chalabre, rue de Gramont, Paris, 1770-1774 (détruit)13

-Maison Dière, 23-25 rue Grenelle-Saint-Honoré, Paris, 1770-177613

 

Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, dit aussi Mansart de Lévy (1711-1778)

-Maison Poisson, 50 rue de Richelieu, 173814

-Maison Richard, 100 rue de Richelieu, 1738 (détruite)14

-Maison de Mansart de Sagonne (ancienne mairie), Ivry-sur-Seine, 1738-1739 (détruite)14

-Ensemble Boutin : grand et petit hôtels (détruits), 77-79 rue de Richelieu, maison à loyer, 4 rue Saint-Augustin, 1738-1740 16

-Extension du château de la Source, près d'Orléans, et remise au goût du jour des intérieurs pour Simon Boutin, début des années 17403

-Hôtel de Marsilly, 18 rue du Cherche-Midi, 1739-174014

-Maison Saint-Florentin (lycée Lamartine), 121 rue du faubourg Poissonnière, Paris, 174014

-Hôtel de Mannevillette, 18 rue Hoche, Versailles, 174614

-Chartreuse de Lugny, Côte-d'Or, années 174017

-Monastère royal Notre-Dame de Prouille (Aude), 1746-178714

-Château et haras royaux d’Asnières-sur-Seine, 1750-1755 (vestiges)15

-Hôtel de Crèvecœur, 4 rue La Feuillade et 4-4bis rue des Petits-Pères, Paris, 175014

-Projet de galerie à couverture zénithale pour le palais de Cassel (Allemagne), 1750 (non réalisé)14

-Maison Bourgeois, 62 rue Montmartre, 1750-1751 (vestiges)14

-Maison de la comtesse d’Argenson, dite "des musiciens ou castrats italiens du roi", 15 rue Champ-Lagarde, Versailles, 175214

-Château de Jägersburg, Homburg (Allemagne), 1752-1756 (détruit)14

-Château de Jossigny (Seine-et-Marne), 175314

-Maison Dubois, 2 place Hoche, Versailles, 175318

-Hôtel-Dieu, Marseille, 175314

-Pavillon Letellier, 14 rue du Maréchal Joffre, Versailles, 1754-175514

-Eglise des Carmes-Billettes, 22-26 rue des Archives, Paris, 1754-1758 (d’après Mansart de Sagonne) 14

-Château de Montauger, Lisses (Essonne), 1759-1762 (vestiges)14

 

         Delisle-Mansart, Folie Nourry, Paris, 1676-1678, cl. Ph. Cachau

 

Références

1. Identifié en 2007.

2. Identifié en 2013.

3. Identifié en 2010, Cf. article sur ces trois hôtels en 2011.

4. Identifié en 2011.

5. Aimablement signalé par Damien Castel en 2022.

6. Identifié en 2019.

7. Identifiée en 2011.

8. Aimablement siganlé par Christian Baulez en 2013.

9. Identifiée en 2011

10. Aimablement signalé par Damien Castel en 2022.

11. Aimablement signalé par Ludovic Vieira (♦2019), 2000.

12. Identifié en 2021.

13. Aimablement signalé(e) par Christian Baulez en 2012.

14. Identifié entre 1995 et 2000, cf. Ph. Cachau, Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, dernier des Mansart (1711-1778), thèse d’histoire de l’art, Paris-I Panthéon-Sorbonne, 3 tomes,

     2004. 

15. Identifiés en 1988.

16. Identifié en 2013.

17. Aimablement signalé par Fabrice Ouziel.

18. Identifiée en 2011.

Conférence "Un Mansart au Pays basque", Bayonne, 1er octobre 2014

Un Mansart au Pays basque : le projet de canal Atlantique-Méditerrannée de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne (1767-1769), conférence dans le cadre des Conférences des universités du temps libre de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne, musée basque et de l'histoire de Bayonne, vendredi 3 octobre, 15h.

Découvrez le projet méconnu de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne qui devait contribuer à la réalisation du Canal impérial d'Aragon, voulu par Charles Quint, au XIXe siècle. Cette conférence a fait l'objet d'une publication en Espagne en 2001 dans Archivo espanol de arte.

Conférences