XVIIIe siècle

Le Logis Bourbon de Fontevraud : un logis royal à l'abandon

Historique

Le Logis Bourbon de l’abbaye royale de Fontevraud figure dans toutes les monographies sur Louis XV.

 

      Vestige du Logis Bourbon, état actuel, cl. Ph. Cachau      Marie-Madeleine de Rochechouart, abbesse de Fontevraud, anonyme XVIIe, Fontevraud                                          

 

N’étant pas en mesure de loger l’ensemble de ses filles à Versailles, le Bien-Aimé envoya en juin 1738, pour leur éducation, Mesdames Victoire, Sophie, Thérèse et Louise, dans cette abbaye réputée depuis la présence de la marquise de Montespan sous Louis XIV et de sa sœur abbesse, Marie-Madeleine-Gabrielle-Adélaïde de Rochechouart (1645-1704), nommée par Louis XIV en 1670. Abbaye célèbre également pour les sépultures de la dynastie Plantagenêt dont Aliénor d’Aquitaine et Richard Cœur de Lion. Mesdames restèrent jusqu’en 1748 (Victoire) et 1750 (Sophie et Louise). Thérèse y mourut en 1744.

 

  Jean-Marc Nattier, Madame Victoire de France, 1733-1799, Versailles, 1748 versailles 1748 Jean-Marc Nattier, Madame Sophie de France, 1734-1782, Versailles, 1748lles 1748 Jean-Marc Nattier, portrait posthume de Madame Thérèse de France, 1736-1744, collection privée. 1748 Jean-Marc Nattier, Madame Louise de France, 1737-1787, Versailles, 1748

 

Afin de leur prodiguer un logement confortable digne de leur rang, un logis de 25 toises de long sur 4,5 de large (49 m /9 m environ) fut bâti de 1739 à 1741 en prolongement de celui de l’abbesse Louise-Françoise de Rochechouart de Mortemart (1664-1742), nièce de la marquise, jusque dans le Clos-Bourbon, soit de l’autre côté de la rue du Bourg qui séparait l’abbaye de ses dépendances et jardins. Le logis reposait sur une arche au-dessus de la rue, démolie aujourd’hui avec une large partie du bâtiment.

 

        Logis abbatial et vestige du Logis Bourbon, autrefois en prolongement, en vis-à-vis, état actuel, cl. Ph. Cachau          Le Logis Bourbon au droit de l'ancienne arche au-dessus de la rue du Bourg, état actuel, cl. Ph. Cachau

 

Le projet fut confié à Jacques V Gabriel, premier architecte du roi, lequel missionna à cet effet, en septembre 1738, son collaborateur Jean Aubert (1680-1741), architecte du roi et des Bourbon-Condé, célèbre disciple d’Hardouin-Mansart, réputé à Paris pour l’achèvement du Palais-Bourbon et de l’Hôtel de Lassay voisin avec Gabriel (1724-1728) et les superbes écuries de Chantilly (1719-1734).

 

                    Louise-Françoise de Rochechouart, abbesse de Fontevraud, anonyme, XVIIIe, Fontevraud                                Jacques V Gabriel, anonyme, XVIIIe, Versailles

 

Un second logis identique fut envisagé pour les cuisines, lesquelles furent finalement affectées en rez-de-chaussée pour la facilité du service. Aubert séjourna à Fontevraud trois mois durant afin de lever les plans et élévations et rédiger les devis et marchés, lesquels furent approuvés en décembre 1738.

Le 14 janvier 1739, les ouvrages furent confiés par adjudication à Alexandre Cailleau père et fils, entrepreneurs de l’abbaye établis à Saumur, suite à leurs soumissions du même mois. La réception des ouvrages fut effectuée en juin 1741, estimés à 86 996 livres 10 sols.

Pierre Meusnier (1711-1781), architecte parisien, fils d’un peintre du roi ayant œuvré à Versailles, élève de Jean Aubert, inspecteur des turcies et levées de la Loire depuis 1738 au moins, se vit charger de la conduite de l’édifice.

Établi à Tours, Meusnier rendit régulièrement compte de l’avancée des travaux à Aubert comme l’indique celui-ci dans une note à Orry, contrôleur général des finances, en date du 18 mars 1741. Il se rendait deux fois par mois sur les lieux.

À l’agence De Cotte-Aubert sise à l’hôtel de Sagonne à Paris où il se forma, Meusnier connut Mansart de Sagonne et Mansart de Jouy, ce qui explique les analogies de son architecture que l’on put faire parfois avec le premier1.

Le Logis Bourbon apparait sur le plan de l’abbaye en 1762. Il présente une série de pièces en enfilade desservies par-derrière par un vaste corridor longitudinal qui subsiste en partie de nos jours, très endommagé.

 

  Détail du Logis Bourbon en 1762   Le corridor longitudinal derrière le logis, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau

 

En 1741, dans la cour des cuisines sise derrière ledit corridor, une chapelle fut aménagée en retour du logis comme le montre un plan de Jean Aubert. Elle était précédée d’une antichambre fermée d’une clôture et disposait d’une sacristie par-derrière. L’officiant y accédait par un petit escalier de ce côté-ci. Un garde-manger fut aménagé sous l’antichambre de la chapelle. Cette aile subsiste en partie de nos jours avec ses boiseries et autres éléments XVIIIe.

 

       Revers du Logis Bourbon avec corridor et aile en retour, état actuel, cl. Ph. Cachau           Parking devant le Logis Bourbon et son aile en retour, état actuel, cl. Ph. Cachau

 

En 1742, afin d’éloigner les odeurs des cuisines des appartements de Mesdames, un pavillon séparé fut érigé par Meusnier face à la chapelle suivant les plans et élévations d’Ange-Jacques Gabriel pour un montant de 3 850 livres. Celui-ci avait pris la relève d’Aubert et de son père, morts entre-temps, le premier en octobre 1741, le second en avril 1742. Le plan de 1762 révèle, à droite du pavillon, la présence d’un puit suivi d’une salle à manger.

 

                   Louise-Claire de Montmorin de Saint-Hérem, abbesse de Fontevraud, anonyme, XVIIIe, Fontevraud                                 Jean-Baptiste Greuze, Ange-Jacques Gabriel, milieu XVIIIe, Louvre

 

Outre la réalisation du Logis Bourbon et de ses annexes, Meusnier se vit confier leur entretien et les menus aménagements, réalisés par Cailleau fils. L’année 1745 vit ainsi la pose de double châssis pour isoler du froid les appartements des princesses.

En 1747, Pierre Meusnier, devenu contrôleur des Bâtiments du roi, fut chargé à nouveau par Gabriel du petit prolongement du logis royal afin de satisfaire la requête de Mesdames qui souhaitaient une « salle d’assemblée ». Formée depuis 1744 au moins et renouvelée en juillet 1747, la demande de cette pièce avait été jugée inutile par le directeur des Bâtiments d’alors, Philibert Orry, qui estimait que la chambre de Madame Sixième (Thérèse) y pourvoirait. Son appartement fut finalement annexé par Louise-Claire de Montmorin de Saint-Hérem (1693-1754), nouvelle abbesse depuis 1742.

 

 

   Pierre Meusnier, rdc du Logis Bourbon et aile en retour pour la chapelle, 1747, Archives Nationales, cl. Ph. Cachau      Pierre Meusnier, rabas du 1er etage pour la salle d assemblée au bout du logis, 1747, Archives Nationales, cl. Ph. Cachau

 

La dépense fut agréée en août 1747 par Le Normant de Tournehem, successeur d’Orry. L’extension consistait en un salon carré à deux baies sur chacune des trois faces à l’extrémité du logis, ensuite de la chambre d’une des princesses. Elle permit aussi celle des anciennes cuisines en rez-de-chaussée.

En août 1747, Meusnier se vit confier la conception et la construction des remises et écuries destinées à recevoir les voitures, les 30 chevaux et les ânesses, dévolus aux promenades des princesses, ainsi que des aménagements de l’abbaye pour les personnels (piqueurs, cochers, postillons, palefreniers, valets de pied, etc.), soit 14 personnes au total. Ces bâtiments et aménagements furent complétés et soumis à l’approbation d’Ange-Jacques Gabriel. Les remises apparaissent sur le plan de 1762 en retour de l’aile de la chapelle formant ainsi une cour intérieure au revers du logis.

 

                                   Détail du Logis Bourbon et ses jardins en 1762

 

Pierre Meusnier demeura à l’entretien et aux aménagements du logis jusqu’au départ des dernières princesses en 1750. Son activité à Fontevraud ne contribua pas peu à sa notoriété en Touraine au milieu du XVIIIe siècle comme j’ai pu l’établir depuis 20122.

Vendue comme bien national sous la Révolution, l’abbaye fut reconvertie en maison centrale par Napoléon en 1804 et ouvrit ses portes dix ans plus tard et ce jusqu’en 1963.

Le Logis Bourbon se vit réduit au bâtiment que l’on voit aujourd’hui pour servir de logement au personnel dirigeant de la prison, après démolition de l’aile de l’abbaye, de l’arche qui l’y reliait au-dessus de la rue et du salon des princesses à l’extrémité. Les remises et écuries de Meusnier en vis-à-vis disparurent au XXe siècle.

 

         Emplacement du Logis Bourbon en prolongement du logis abbatial. Orangerie en vis-à-vis,  état actuel, cl. Ph. Cachau          Vue aérienne de l'abbaye de Fontevraud, détail sur le logis abbatial et le Logis Bourbon en prolongement démoli en partie, milieu XXe, AD 49

 

Un logis trompeur

Restaurée extérieurement au début de notre siècle, la portion du Logis Bourbon qui subsiste aujourd’hui n’en est pas moins un bâtiment en fort mauvais état. Les intérieurs sont en effet totalement sinistrés comme en témoignent les clichés pris en décembre 2021 à l’occasion de l’aimable visite accordée par Martin Morillon, directeur de l’abbaye.

 

       Escalier du Logis Bourbon, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau           Le grand escalier du Logis Bourbon, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau

 

Lors de nos échanges, j'attirais son attention sur l'intérêt de réhabiliter rapidement ce bâtiment exceptionnel, tant du point de vue historique en tant que lieu de vie des filles de Louis XV, que sur le plan architectural en tant que réalisation des architectes du roi, Gabriel père et fils, Jean Aubert et Pierre Meusnier, celui-ci bien connu désormais des historiens de l'art.

Je recommandais au directeur de ne plus tarder dans la restauration de l'édifice au risque d'alourdir la facture suivant une règle bien connue en matière de monuments historiques.

 

                      Cuisines au rdc, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau                         Etat des plafonds du Logis Bourbon en 2021-2022, cl. Ph. Cachau

 

Suite à nos demandes de renseignements sur l'évolution de la situation auprès de la direction de l'abbaye, le dossier est bien au point mort.

Il est donc plus que jamais nécessaire d'alerter, sans plus attendre, les associations patrimoniales, sur la nécessité de la remise en état rapide de ce bâtiment royal. Bâtiment d'autant plus négligé de l'administration de l'abbaye qu'il ne figure nullement dans le parcours de visite, pas plus que dans l'histoire du site, focalisée principalement sur la période médiévale. La mutation du site en centre d'art contemporain n'améliore pas la prise de conscience sur la valeur de cette partie XVIIIe à l'écart de l'enclos abbatial.

 

        Emplacement de l'ancienne chapelle dans l'aile en retour, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau                         Porte vitrée au droit de l'ancienne clôture de la chapelle, milieu XVIIIe, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau                      

 

Outre la restauration intérieure de l'édifice, il apparait également nécessaire de rétablir l'aspect paysager du parc dans son état d'Ancien Régime suivant le plan de 1762.

Une superbe opération d'ensemble donc qui ne manquera pas de redonner une visibilité nouvelle à cette partie du site, abandonnée depuis longtemps au stationnement des véhicules (personnel et visiteurs), situation qui n'est pas en mesure d'évoluer avant 20253 au moins tandis que l'autre partie du parc, isolée par une clôture, demeure totalement en friche.

 

       Parc en friche du clos Bourbon, état actuel, cl. Ph. Cachau            Parking dans le parc du Logis Bourbon, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau

 

Ce propos a donc pour objet de faire prendre conscience de la responsabilité de chacun (présidence de Région en charge de l'abbaye, direction, DRAC et municipalité) dans la réhabilitation et la valorisation de cette partie de l'abbaye, site inscrit Unesco depuis 2000, et de prendre ce dossier à bras-le-corps.

 

                                               Entrée du Logis Bourbon, état actuel, cl. Ph. Cachau

 

                                                                                                                      Juillet 2024

 

 

1.Sur la carrière et l’activité de Pierre Meusnier en Touraine, voir mes publications :

-"Pierre Meusnier, Charles De Wailly, Alfred Coulomb : les architectes du château des Ormes du XVIIIe au XXe siècle", Le Picton, n° 216, novembre-décembre 2012, p. 2-7 ;

-Le château des Ormes, coll. "Itinéraires du Patrimoine", Service régional de l’Inventaire de Poitou-Charentes, Geste, Poitiers, 2013 (préface de Ségolène Royal, présidente de la Région Poitou-Charentes) ;

-"Les architectes du château des Ormes du XVIIIe au XXe siècle : Meusnier, De Wailly, Coulomb", Revue historique du Centre-Ouest, t. XII, 2e trimestre 2013, Poitiers, 2015, p.331-347 (version remaniée et annotée de l'article de 2012) ;

-"Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne – Pierre Meusnier : la vraie histoire du Palais du Commerce de Tours, 1757-1759", Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LXVI, 2020 (2021), p.81-94.

Il est l’auteur de près d’une trentaine d’édifices en Touraine dont le Palais du Commerce de Tours (1757-1759).

2.Voir note 1. Liste établie avec l’aimable concours de Ludovic Vieira († 2019), historien de la Touraine.

3.Lors de mon entretien de décembre 2021, il me fut indiqué que le parking ne pouvait bouger avant cette date (?). Aux dernières nouvelles (juillet 2024), le déplacement de ce parking est acté et adopté mais toujours pas exécuté.

Articles Chantilly et Villandry en ligne, août 2023

Les articles sur Chantilly et Villandry, parus au printemps dernier, sont désormais en ligne.

Découvrez deux facettes inédites et exceptionnelles de ces sites au XVIIIe siècle, inscrits Unesco et de renommée internationale.

Vous n'avez plus qu'à cliquer et c'est chargé !

Bonne lecture.

 Article Mémoires de la Société académique de l'Oise, t. XLV, 2022, parution mai 2023          Couverture Bulletin SAT, t. 68, 2022, avril 2023