Philippe CACHAU

Articles de philippecachau

Le Logis Bourbon de Fontevraud : un logis royal à l'abandon

Historique

Le Logis Bourbon de l’abbaye royale de Fontevraud figure dans toutes les monographies sur Louis XV.

 

      Vestige du Logis Bourbon, état actuel, cl. Ph. Cachau      Marie-Madeleine de Rochechouart, abbesse de Fontevraud, anonyme XVIIe, Fontevraud                                          

 

N’étant pas en mesure de loger l’ensemble de ses filles à Versailles, le Bien-Aimé envoya en juin 1738, pour leur éducation, Mesdames Victoire, Sophie, Thérèse et Louise, dans cette abbaye réputée depuis la présence de la marquise de Montespan sous Louis XIV et de sa sœur abbesse, Marie-Madeleine-Gabrielle-Adélaïde de Rochechouart (1645-1704), nommée par Louis XIV en 1670. Abbaye célèbre également pour les sépultures de la dynastie Plantagenêt dont Aliénor d’Aquitaine et Richard Cœur de Lion. Mesdames restèrent jusqu’en 1748 (Victoire) et 1750 (Sophie et Louise). Thérèse y mourut en 1744.

 

  Jean-Marc Nattier, Madame Victoire de France, 1733-1799, Versailles, 1748 versailles 1748 Jean-Marc Nattier, Madame Sophie de France, 1734-1782, Versailles, 1748lles 1748 Jean-Marc Nattier, portrait posthume de Madame Thérèse de France, 1736-1744, collection privée. 1748 Jean-Marc Nattier, Madame Louise de France, 1737-1787, Versailles, 1748

 

Afin de leur prodiguer un logement confortable digne de leur rang, un logis de 25 toises de long sur 4,5 de large (49 m /9 m environ) fut bâti de 1739 à 1741 en prolongement de celui de l’abbesse Louise-Françoise de Rochechouart de Mortemart (1664-1742), nièce de la marquise, jusque dans le Clos-Bourbon, soit de l’autre côté de la rue du Bourg qui séparait l’abbaye de ses dépendances et jardins. Le logis reposait sur une arche au-dessus de la rue, démolie aujourd’hui avec une large partie du bâtiment.

 

        Logis abbatial et vestige du Logis Bourbon, autrefois en prolongement, en vis-à-vis, état actuel, cl. Ph. Cachau          Le Logis Bourbon au droit de l'ancienne arche au-dessus de la rue du Bourg, état actuel, cl. Ph. Cachau

 

Le projet fut confié à Jacques V Gabriel, premier architecte du roi, lequel missionna à cet effet, en septembre 1738, son collaborateur Jean Aubert (1680-1741), architecte du roi et des Bourbon-Condé, célèbre disciple d’Hardouin-Mansart, réputé à Paris pour l’achèvement du Palais-Bourbon et de l’Hôtel de Lassay voisin avec Gabriel (1724-1728) et les superbes écuries de Chantilly (1719-1734).

 

                    Louise-Françoise de Rochechouart, abbesse de Fontevraud, anonyme, XVIIIe, Fontevraud                                Jacques V Gabriel, anonyme, XVIIIe, Versailles

 

Un second logis identique fut envisagé pour les cuisines, lesquelles furent finalement affectées en rez-de-chaussée pour la facilité du service. Aubert séjourna à Fontevraud trois mois durant afin de lever les plans et élévations et rédiger les devis et marchés, lesquels furent approuvés en décembre 1738.

Le 14 janvier 1739, les ouvrages furent confiés par adjudication à Alexandre Cailleau père et fils, entrepreneurs de l’abbaye établis à Saumur, suite à leurs soumissions du même mois. La réception des ouvrages fut effectuée en juin 1741, estimés à 86 996 livres 10 sols.

Pierre Meusnier (1711-1781), architecte parisien, fils d’un peintre du roi ayant œuvré à Versailles, élève de Jean Aubert, inspecteur des turcies et levées de la Loire depuis 1738 au moins, se vit charger de la conduite de l’édifice.

Établi à Tours, Meusnier rendit régulièrement compte de l’avancée des travaux à Aubert comme l’indique celui-ci dans une note à Orry, contrôleur général des finances, en date du 18 mars 1741. Il se rendait deux fois par mois sur les lieux.

À l’agence De Cotte-Aubert sise à l’hôtel de Sagonne à Paris où il se forma, Meusnier connut Mansart de Sagonne et Mansart de Jouy, ce qui explique les analogies de son architecture que l’on put faire parfois avec le premier1.

Le Logis Bourbon apparait sur le plan de l’abbaye en 1762. Il présente une série de pièces en enfilade desservies par-derrière par un vaste corridor longitudinal qui subsiste en partie de nos jours, très endommagé.

 

  Détail du Logis Bourbon en 1762   Le corridor longitudinal derrière le logis, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau

 

En 1741, dans la cour des cuisines sise derrière ledit corridor, une chapelle fut aménagée en retour du logis comme le montre un plan de Jean Aubert. Elle était précédée d’une antichambre fermée d’une clôture et disposait d’une sacristie par-derrière. L’officiant y accédait par un petit escalier de ce côté-ci. Un garde-manger fut aménagé sous l’antichambre de la chapelle. Cette aile subsiste en partie de nos jours avec ses boiseries et autres éléments XVIIIe.

 

       Revers du Logis Bourbon avec corridor et aile en retour, état actuel, cl. Ph. Cachau           Parking devant le Logis Bourbon et son aile en retour, état actuel, cl. Ph. Cachau

 

En 1742, afin d’éloigner les odeurs des cuisines des appartements de Mesdames, un pavillon séparé fut érigé par Meusnier face à la chapelle suivant les plans et élévations d’Ange-Jacques Gabriel pour un montant de 3 850 livres. Celui-ci avait pris la relève d’Aubert et de son père, morts entre-temps, le premier en octobre 1741, le second en avril 1742. Le plan de 1762 révèle, à droite du pavillon, la présence d’un puit suivi d’une salle à manger.

 

                   Louise-Claire de Montmorin de Saint-Hérem, abbesse de Fontevraud, anonyme, XVIIIe, Fontevraud                                 Jean-Baptiste Greuze, Ange-Jacques Gabriel, milieu XVIIIe, Louvre

 

Outre la réalisation du Logis Bourbon et de ses annexes, Meusnier se vit confier leur entretien et les menus aménagements, réalisés par Cailleau fils. L’année 1745 vit ainsi la pose de double châssis pour isoler du froid les appartements des princesses.

En 1747, Pierre Meusnier, devenu contrôleur des Bâtiments du roi, fut chargé à nouveau par Gabriel du petit prolongement du logis royal afin de satisfaire la requête de Mesdames qui souhaitaient une « salle d’assemblée ». Formée depuis 1744 au moins et renouvelée en juillet 1747, la demande de cette pièce avait été jugée inutile par le directeur des Bâtiments d’alors, Philibert Orry, qui estimait que la chambre de Madame Sixième (Thérèse) y pourvoirait. Son appartement fut finalement annexé par Louise-Claire de Montmorin de Saint-Hérem (1693-1754), nouvelle abbesse depuis 1742.

 

 

   Pierre Meusnier, rdc du Logis Bourbon et aile en retour pour la chapelle, 1747, Archives Nationales, cl. Ph. Cachau      Pierre Meusnier, rabas du 1er etage pour la salle d assemblée au bout du logis, 1747, Archives Nationales, cl. Ph. Cachau

 

La dépense fut agréée en août 1747 par Le Normant de Tournehem, successeur d’Orry. L’extension consistait en un salon carré à deux baies sur chacune des trois faces à l’extrémité du logis, ensuite de la chambre d’une des princesses. Elle permit aussi celle des anciennes cuisines en rez-de-chaussée.

En août 1747, Meusnier se vit confier la conception et la construction des remises et écuries destinées à recevoir les voitures, les 30 chevaux et les ânesses, dévolus aux promenades des princesses, ainsi que des aménagements de l’abbaye pour les personnels (piqueurs, cochers, postillons, palefreniers, valets de pied, etc.), soit 14 personnes au total. Ces bâtiments et aménagements furent complétés et soumis à l’approbation d’Ange-Jacques Gabriel. Les remises apparaissent sur le plan de 1762 en retour de l’aile de la chapelle formant ainsi une cour intérieure au revers du logis.

 

                                   Détail du Logis Bourbon et ses jardins en 1762

 

Pierre Meusnier demeura à l’entretien et aux aménagements du logis jusqu’au départ des dernières princesses en 1750. Son activité à Fontevraud ne contribua pas peu à sa notoriété en Touraine au milieu du XVIIIe siècle comme j’ai pu l’établir depuis 20122.

Vendue comme bien national sous la Révolution, l’abbaye fut reconvertie en maison centrale par Napoléon en 1804 et ouvrit ses portes dix ans plus tard et ce jusqu’en 1963.

Le Logis Bourbon se vit réduit au bâtiment que l’on voit aujourd’hui pour servir de logement au personnel dirigeant de la prison, après démolition de l’aile de l’abbaye, de l’arche qui l’y reliait au-dessus de la rue et du salon des princesses à l’extrémité. Les remises et écuries de Meusnier en vis-à-vis disparurent au XXe siècle.

 

         Emplacement du Logis Bourbon en prolongement du logis abbatial. Orangerie en vis-à-vis,  état actuel, cl. Ph. Cachau          Vue aérienne de l'abbaye de Fontevraud, détail sur le logis abbatial et le Logis Bourbon en prolongement démoli en partie, milieu XXe, AD 49

 

Un logis trompeur

Restaurée extérieurement au début de notre siècle, la portion du Logis Bourbon qui subsiste aujourd’hui n’en est pas moins un bâtiment en fort mauvais état. Les intérieurs sont en effet totalement sinistrés comme en témoignent les clichés pris en décembre 2021 à l’occasion de l’aimable visite accordée par Martin Morillon, directeur de l’abbaye.

 

       Escalier du Logis Bourbon, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau           Le grand escalier du Logis Bourbon, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau

 

Lors de nos échanges, j'attirais son attention sur l'intérêt de réhabiliter rapidement ce bâtiment exceptionnel, tant du point de vue historique en tant que lieu de vie des filles de Louis XV, que sur le plan architectural en tant que réalisation des architectes du roi, Gabriel père et fils, Jean Aubert et Pierre Meusnier, celui-ci bien connu désormais des historiens de l'art.

Je recommandais au directeur de ne plus tarder dans la restauration de l'édifice au risque d'alourdir la facture suivant une règle bien connue en matière de monuments historiques.

 

                      Cuisines au rdc, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau                         Etat des plafonds du Logis Bourbon en 2021-2022, cl. Ph. Cachau

 

Suite à nos demandes de renseignements sur l'évolution de la situation auprès de la direction de l'abbaye, le dossier est bien au point mort.

Il est donc plus que jamais nécessaire d'alerter, sans plus attendre, les associations patrimoniales, sur la nécessité de la remise en état rapide de ce bâtiment royal. Bâtiment d'autant plus négligé de l'administration de l'abbaye qu'il ne figure nullement dans le parcours de visite, pas plus que dans l'histoire du site, focalisée principalement sur la période médiévale. La mutation du site en centre d'art contemporain n'améliore pas la prise de conscience sur la valeur de cette partie XVIIIe à l'écart de l'enclos abbatial.

 

        Emplacement de l'ancienne chapelle dans l'aile en retour, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau                         Porte vitrée au droit de l'ancienne clôture de la chapelle, milieu XVIIIe, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau                      

 

Outre la restauration intérieure de l'édifice, il apparait également nécessaire de rétablir l'aspect paysager du parc dans son état d'Ancien Régime suivant le plan de 1762.

Une superbe opération d'ensemble donc qui ne manquera pas de redonner une visibilité nouvelle à cette partie du site, abandonnée depuis longtemps au stationnement des véhicules (personnel et visiteurs), situation qui n'est pas en mesure d'évoluer avant 20253 au moins tandis que l'autre partie du parc, isolée par une clôture, demeure totalement en friche.

 

       Parc en friche du clos Bourbon, état actuel, cl. Ph. Cachau            Parking dans le parc du Logis Bourbon, état 2021-2022, cl. Ph. Cachau

 

Ce propos a donc pour objet de faire prendre conscience de la responsabilité de chacun (présidence de Région en charge de l'abbaye, direction, DRAC et municipalité) dans la réhabilitation et la valorisation de cette partie de l'abbaye, site inscrit Unesco depuis 2000, et de prendre ce dossier à bras-le-corps.

 

                                               Entrée du Logis Bourbon, état actuel, cl. Ph. Cachau

 

                                                                                                                      Juillet 2024

 

 

1.Sur la carrière et l’activité de Pierre Meusnier en Touraine, voir mes publications :

-"Pierre Meusnier, Charles De Wailly, Alfred Coulomb : les architectes du château des Ormes du XVIIIe au XXe siècle", Le Picton, n° 216, novembre-décembre 2012, p. 2-7 ;

-Le château des Ormes, coll. "Itinéraires du Patrimoine", Service régional de l’Inventaire de Poitou-Charentes, Geste, Poitiers, 2013 (préface de Ségolène Royal, présidente de la Région Poitou-Charentes) ;

-"Les architectes du château des Ormes du XVIIIe au XXe siècle : Meusnier, De Wailly, Coulomb", Revue historique du Centre-Ouest, t. XII, 2e trimestre 2013, Poitiers, 2015, p.331-347 (version remaniée et annotée de l'article de 2012) ;

-"Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne – Pierre Meusnier : la vraie histoire du Palais du Commerce de Tours, 1757-1759", Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LXVI, 2020 (2021), p.81-94.

Il est l’auteur de près d’une trentaine d’édifices en Touraine dont le Palais du Commerce de Tours (1757-1759).

2.Voir note 1. Liste établie avec l’aimable concours de Ludovic Vieira († 2019), historien de la Touraine.

3.Lors de mon entretien de décembre 2021, il me fut indiqué que le parking ne pouvait bouger avant cette date (?). Aux dernières nouvelles (juillet 2024), le déplacement de ce parking est acté et adopté mais toujours pas exécuté.

Amboise : le château XIXe oublié

Le 15 juin 2024, a été inaugurée la chapelle Saint-Hubert du château d’Amboise, ouverte au public depuis le 1er juin. Un chantier conséquent de près de 3 ans, sous la houlette d’Étienne Barthélémy, architecte en chef des Monuments historiques, s’achève.

 

                         Jacques Androuet du Cerceau, le château d'Amboise, Les plus excellents bastiments de France, 1579

 

Lorsqu’en 2020, il me confia la réalisation de l’étude historique préalable, je fus stupéfait de constater combien on se méprenait sur la nature actuelle du château d’Amboise. Le colloque tenu les 12-13 juin, intitulé « Architecture et décor », uniquement focalisé sur les XVe-XVIe siècles, le confirme : le XIXe siècle n’existe pas !

 

                                           Jacques Androuet du Cerceau, plan du château d'Amboise, Les plus excellents bastiments de France, 1579

 

Premier grand de la Renaissance française, engagé par Charles VIII en 1492-1498 dans le contexte de la première guerre d’Italie (1494-1497), poursuivi par Louis XII et François Ier, ce château fut réduit à la portion congrue en 1806-1808 afin de former la Sénatorerie d’Orléans. On conserva la célèbre façade sur la Loire et une partie en retour, actuelles ailes Charles VIII et Louis XII. La chapelle privée ou oratoire du roi devint celle du château, suite à la disparition de la collégiale Saint-Florentin où fut inhumé Léonard de Vinci en 1419. Sépulture que l’on déplaça dans ladite chapelle en conséquence.

 

        Le château d'Amboise en 1853, Archives départementales 37            La chapelle Saint-Hubert, état néo-gothique Louis-Philippe, lithographie, abbé Bosseboeuf

 

Le reste du site fut aménagé en jardin à l’anglaise par le célèbre architecte de Napoléon, Pierre-Léonard Fontaine (1752-1863), devenu celui de la famille d'Orléans. Aménagement qui fut poursuivi par Louis-Philippe, propriétaire d’Amboise depuis la mort de sa mère Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon (1753-1821), duchesse d’Orléans, en 1821. On lui doit le classement du château en 1840. De 1832 à 1848, puis de 1872 à 1925, la famille d’Orléans s’attacha à la restauration et à la mise au goût du jour du site dans l’esprit gothico-renaissant du moment sous la houlette des architectes Ruprich-Robert père et fils.

 

              Franz Xaver Winterhalter, Louis-Philippe, 1839, collection privée               Joseph Duplessis, Louise-Marie-Adelaïde de Bourbon, duchesse d'Orleans, 1777, Musée Condé, Chantilly

 

Cette négligence dans l’approche d’Amboise est observable dans les travaux de Lucie Gaugain, auteure d’une thèse soutenue en 2011 à l’Université de Tours, publiée en 2014. Le XIXe siècle fut survolé au point que je pus identifier l’auteur du grand relief du portail de la chapelle figurant l’«Adoration de la Vierge par Charles VIII et Anne de Bretagne », daté de 1879-1880 et rendu au sculpteur Eugène Legrain (1837-1915), artiste oublié aujourd’hui mais réputé en son temps.

 

               La chapelle en travaux en 1879, fonds Mieusement, Médiathèque du Patrimoine                 Nouvelle façade de la chapelle avec relief d Eugène Legrain, 1880, fonds Mieusement, Médiathèque du Patrimoine 

                                            

Le XIXe siècle est en effet riche d’enseignements sur la nature des opérations effectuées sur le château à ce moment non négligeable de son histoire. Étude qui doit être reprise dans le fond de la Maison de France conservé aux Archives Nationales pour une meilleure compréhension des modifications et des aménagements effectués.

C’est ce même dédain du XIXe siècle qui amena en 1994-1995 au rétablissement de la montée du château dans son état d’origine, actuelle montée Abd-el-Kader, et à défaire la montée douce paysagère aménagée par Louis-Philippe, côté ville. Une montée arborée qui aurait été bien appréciable aujourd’hui pour les personnes à mobilité réduite et les visiteurs en général en ces périodes de changement climatique.

 

                                  Entrée et chapelle du château, vers 1881, BNF

 

Le jardin à l’anglaise XIXe fut pareillement démantelé peu à peu par l’abattage progressif des arbres et le réaménagement contemporain opéré dans les années 2000-2010.

Notre propos soutient donc un retour progressif à l’état XIXe, celui de la restauration de la chapelle Saint-Hubert et des aménagements des ailes Charles VIII et Louis XII par la famille d'Orléans, dans un souci de cohérence et de meilleure appréhension de l’évolution de ce site majeur du Val-de-Loire, inscrit Unesco depuis 2000.

 

                                  Le château d'Amboise avant 1940, vue aérienne, fonds privé

Sauvons les haras XVIIIe de Sarralbe (Moselle)

Marc-René de Voyer d’Argenson, marquis de Voyer fut un éminent acteur du cheval en France, d’abord en tant que directeur des haras du roi de 1752 à 1763 ‒ officieusement depuis 1749 sous la direction de son père, le comte d'Argenson, ministre de la Guerre ‒ à Asnières, puis à compter de 1764, à titre personnel, aux Ormes (Vienne) entre Touraine et Poitou, et à Sarralbe (Moselle) en Lorraine, enfin dans le bourg voisin de Bouquenom (Sarre-Union, Bas-Rhin) en 1767.

Il avait négocié en décembre 1764 la cession de ces derniers avec Louis XV et Stanislas, duc de Lorraine, contre l’Entrepôt général des Haras du Roi à Asnières, une des réalisations majeures de Mansart de Sagonne, disparue au début du XIXe siècle.

 

                     Jean Girardet, Stanislas Leszczynski, milieu XVIIIe, Czartoryski Museum, Cracovie                  Maurice-Quentin de La Tour : Marc-René de Voyer d'Argenson, marquis de Voyer, 1751, Saint-Quentin

 

Son action en ce domaine a été bien étudiée par feue Nicole de Blomac, quoique principalement axée sur Les Ormes. Étude que j’eus l’occasion de compléter par le bâtiment asniérois (voir mon article dans la Revue des Amis du Cadre Noir de Saumur en 2016, p. 57-60). L’action du marquis en Lorraine demeure à étudier. Je m’y pencherai prochainement.

Depuis l’inauguration des décors de l’Hôtel de Voyer aux Archives Nationales en octobre 2021, je me suis interrogé sur le devenir des haras de Sarralbe, bien évoqué par Katia Sclich sur son site consacré à la passionnante histoire de Sarralbe. https://harasdesarralbe.home.blog/

Le « site historique du Haras de Sarralbe » en Lorraine est, nous rappelle-t-elle, un « monument emblématique du Pays d’Albe ». Intégré à un site industriel au XIXe siècle, les haras de Sarralbe sont la propriété d’« un des leaders mondiaux de l’étanchéité, de la couverture et de l’isolation des bâtiments ». Ce site est paradoxalement menacé par les fuites de la couverture qui sont en train de ravager les intérieurs parce que non bâchée. Situation qui m’avait été signalée dès 2021. Elle ne s’est pas améliorée depuis lors par la déshérence du site, la société ne souhaitant aucune visite.

En octobre 2021, j’avais contacté l’ABF et la DRAC, chacun m’indiquant qu’ils reviendraient vers moi. Je les avais relancés en 2022. En vain. Comme je l’indiquais à l’adjoint en charge du patrimoine, ce site, valorisé, pourrait être un élément moteur du développement touristique de Sarralbe qui ne manque pas d’atouts.

J’invite donc les associations patrimoniales à se saisir de ce dossier afin, tout d’abord, de mettre les bâtiments hors d’eau, et d’engager avec moi un projet de valorisation porteur pour la commune.

 

          Haras de Sarralbe, vue aérienne             Haras de Sarralbe, vue générale, années 2010

 

Autres liens d’informations sur ce site patrimonial :

https://www.blelorraine.fr/2020/10/de-la-societe-industrielle-du-haras-de-sarralbe-a-nos-jours/

https://www.sarralbe.fr/le-haras

1994-2024 : 30 ans de publications scientifiques et autres

C’est une foule de publications variées et tous azimuts (ouvrages personnels et ouvrages collectifs, revues de Paris, de Versailles, de Régions ou de l’Étranger) qui vous est offerte ici sur des sujets chers, tels les Mansart, Voyer d’Argenson, Versailles, Asnières, Biarritz, Marseille, Les Ormes, la Touraine XVIIIe-XIXe, l’Essonne, l’Allemagne et l’Espagne XVIIIe, etc.

Des publications pour lesquelles j’exprime toute ma gratitude à tous ceux et toutes celles qui les ont soutenues et agréées pour leur plus grande satisfaction et celle de leur lectorat, s’agissant de sujets souvent inédits, voire de reconsidérations sur des sujets réputés connus mais ouvrant de nouvelles perspectives. Les cas les plus emblématiques demeurent assurément, ces dernières années, Biarritz et Villandry.

Des publications qui sont le fruit de plusieurs centaines de déplacements (France et Étranger), de milliers d’heures de recherche personnelle, de cartons ouverts dans les services des Archives nationales et départementales, de sources retournées pour identifier LE(s) DOCUMENT(s) qui modifiera(ont) la perception d’un artiste ou d’un lieu, l’appréhension d’une époque ou d’une esthétique.

Un travail patient et obstiné dans les sources : telle est ma conception de l’histoire de l’art. Ici, point de publication reposant sur des spéculations intellectuelles sans fondements, de petites mains dévouées ou se livrant à un travail purement bibliographique pour servir une réputation mais, au contraire, un authentique travail de recherche au contact des documents, les mains dans la poussière pluriséculaire des archives. Un travail associé à une rédaction fouillée, méticuleuse et aussi haletante que possible pour le plus grand plaisir du lecteur.

Des publications d’autant plus méritoires que certaines ne furent pas sans difficultés, eu égard notamment à la concurrence scientifique et à l’ombre qu’elles pouvaient porter à certains. On ne s’étendra pas sur les entraves et agissements dont elles ont pu être l’objet parfois…

Dans cette série d’une cinquantaine de publications, où j’ai souhaité privilégier la qualité à la quantité, les articles d’histoire de l’art étant plus complexes à réaliser en raison de l’abondante iconographie que l’on souhaite y insérer pour la beauté de l’article et une meilleure compréhension du lecteur, on trouvera des revues aussi réputées que :

Le Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, le Bulletin Monumental, le Journal des Savants, la Revue de l’Histoire de Versailles et des Yvelines, la Revue Philidor du Centre de Musique baroque de Versailles, la Revue du Cadre Noir de Saumur, la Revue archéologique de Bordeaux, le Bulletin de la Société archéologique de Touraine, les Mémoires de la Société académique d'Histoire, Sciences et Arts de l'Oise, des revues de réputation internationale comme Archivo Español de Arte et Cuadernos Dieciochistas en Espagne, Francia en Allemagne, etc.

Les années à venir verront d’autres publications importantes et bien d’autres découvertes aux hasards de mes recherches et pérégrinations.

Des joies de la découverte et de l’écriture dans le champ de l’inédit !

NB : les publications 2024 arriveront en fin d'année.

 

                                   1994-2024 : 30 ans de publications

Mansart de Sagonne et Marseille : 30 ans de deux découvertes fondamentales, 1994-2024

L’année 2024 marque les 30 ans de mes deux découvertes fondamentales concernant l’architecture de Marseille au XVIIIe siècle :

1°) les 23 planches avec variantes de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, architecte du roi, pour le projet de l’hôtel de ville et sa place royale dédiée à Louis XV, conservées aux Archives Nationales.

2°) les plans et les élévations de l’Hôtel-Dieu par le même, conservés aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Jusqu’à mes travaux de DEA en 1994 à Paris-IV Sorbonne, sous la direction de l’éminent Jean Guillaume, personne n’avait pris la pleine mesure de ces projets dans l’histoire de la cité phocéenne et de l’évolution de son architecture au XVIIIe siècle.

On savait vaguement qu’un « neveu » (sic) de Mansart (François ou Hardouin-Mansart ?) avait conçu le projet de l’Hôtel-Dieu, exécuté par le marseillais Claude-Henri-Jacques D’Aggeville (1721-1794).

Quant au projet d’hôtel de ville, il demeura oublié en vertu de l’escamotage dont Mansart de Sagonne fit l’objet par son rival Pierre Patte1 dans la rédaction de son célèbre recueil sur les projets de places royales sous le Bien-Aimé, « Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV » (1767).

On retrouvera l’intégralité des planches de l’hôtel de ville et de sa place royale - les seules et uniques conservées de la main même de l’architecte - dans mes deux publications pour le Bulletin Monumental en 1996 (p.39-53) - avec l’aimable et précieux concours de Bertrand Jestaz - et dans l’ouvrage sur les hôtels de villes de la Renaissance à nos jours, sous la direction d’Alain Salamagne, en 2015 (p.319-344).

Ces planches furent présentées aux Marseillais, le 30 octobre 2012, dans le cadre d'une conférence pour le Comité du Vieux Marseille.

Quant à l’Hôtel-Dieu de Marseille, devenu hôtel de prestige en 2013, il avait pour ambition de rivaliser avec celui de Jacques-Germain Soufflot à Lyon à la même époque (années 1750), voire de le surpasser par l’ampleur et la régularité de son parti. Il s’agissait ni plus ni moins que de former le plus vaste ensemble hospitalier de France pour le plus grand prestige du nom Mansart !

Seul un tiers du projet fut réalisé, soit l’impressionnant bâtiment que l’on voit actuellement au-dessus du Vieux-Port, revu et corrigé sous le Second Empire, inauguré par Napoléon III et l’impératrice Eugénie en 1866.

Ceci donne la pleine mesure de l'ampleur de l'Hôtel-Dieu de Marseille s'il avait été réalisé dans son intégralité.

Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, l'autre grand Mansart !

 

 Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne (de Lévy), projet définitif pour l''hôtel de ville de Marseille, 1752, Archives Nationales      Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, Hôtel-Dieu de Marseille, 1753-1866       

1.Sur cette rivalité, voir mon article "Blondel et les Mansart : une leçon d’architecture particulière", Jacques-François Blondel, la dernière leçon d’architecture « à la française », actes du colloque international Jacques-François Blondel, Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Aurélien Davrius (dir.), Bruxelles, 2022, p. 33-53.               

Rétro 1992 : mon plan d'aménagement de la place Saint-Louis de Versailles

       

              Plan d aménagement de la place Saint-Louis de Versailles, Philippe Cachau, 1992 ©Ph.Cachau

 

Voici le plan d’aménagement de la place Saint-Louis de Versailles que j’avais composé en 1992 en collaboration avec un jeune étudiant de l’École d’Architecture de Versailles.

Petit rappel historique : À la fin des années 1980, la municipalité d’André Damien envisagea le réaménagement de la place de la cathédrale en supprimant le parking en surface qui existait alors.

Le plan proposé par la Ville, confié à Jean-Claude Rochette, architecte des Monuments historiques, entendait disposer des parterres de broderies sur les placettes latérales de l’édifice tandis que le reste de la place était entièrement minéral.

Cet aménagement me parut incongru car il n’y eut jamais au XVIIIe siècle de tels motifs à ces endroits et ce d’autant qu’ils étaient réservés aux jardins et donc inenvisageables dans un espace urbain comme celui qui nous concerne.

Je conçus donc un projet basé sur des éléments plus authentiques esthétiquement :

1°) Pour le chevet de la cathédrale, je repris l’aménagement du jardin de l’évêché proposé par Robert de Cotte, Premier architecte du Roi, dans ses divers projets pour l’église Saint-Louis au début des années 1720.

 

                               Robert de Cotte, projet pour l'eglise Saint-Louis de Versailles, 1724, BNF.

 

2°) Pour les arbres des places latérales, qui étaient alors en boule ou informe, je repris la taille en rideau visible en maints endroits de Versailles : Grand Canal, Jardin français de Trianon, Boulevards du Roi et de la Reine.

Plutôt que l’espace en terre battue que l’on voit aujourd’hui, je disposais au centre un espace vert composé d’un gazon entouré de fleurs à gauche, motif que j’inversais, à droite, par souci de diversité et d’originalité.

3°) S’agissant de la place centrale, je m’inspirais de la place de la Santissima Annunziata à Florence dont la place Saint-Louis reprenait le schéma, rare pour une place française, à savoir : une église en fond de place avec rue axiale en perspective. Afin de conférer fraicheur et animation visuelle à cet espace pour le moins aride, je proposais l’installation de fontaines sur le modèle de celles de la place des Vosges à Paris, disposées symétriquement comme sur la place florentine.

 

                                          Fontaine de la Place des Vosges, Paris.

 

4°) Le centre de la place était agrémenté d’un labyrinthe en évocation des labyrinthes des cathédrales gothiques. Le motif à la grecque se voulait un clin d’œil au goût néo-grec naissant lors de l’achèvement de l’église Saint-Louis en 1754, son style rocaille l’ayant fait paraître alors démodée.

5°) Le reste de la place alternait pavés de grès et espaces dallés pour l’installation de terrasses de café ou tout autre animation, plus agréables aux pieds que le pavé actuel. J'envisageais alors l'installation provisoire de kiosques pour marchands de glace avec menues terrasses durant la saison estivale.

De toutes ces propositions, la municipalité n’agréa que la taille en rideau, ce dont j’étais assez satisfais car il s’agissait d’un élément significatif dans la perception générale du monument et de son environnement.

 

          Effet d'ensemble de la cathédrale et des arbres taillés en rideau, ©Ph.Cachau          Taille en rideau des arbres à droite de la cathédrale vus depuis le seuil de la cure, ©Ph.Cachau

 

À l’heure du changement climatique et de la végétalisation des espaces urbains, ce projet reprend toute son actualité : l’aménagement du chevet de la cathédrale en jardin valoriserait ce secteur ingrat de l’édifice, contribuerait à sa restauration et satisferait bien des habitants du quartier Saint-Louis où les espaces verts sont rares.

 

                                                Chevet de la cathédrale de Versailles, état actuel, Google view

 

Les fontaines de la place serviraient au rafraichissement et au spectacle des habitants, comme des visiteurs de la cathédrale, qui pourraient s’y désaltérer.

Des idées à méditer.

Philippe Cachau, 31 août 2023

Articles Chantilly et Villandry en ligne, août 2023

Les articles sur Chantilly et Villandry, parus au printemps dernier, sont désormais en ligne.

Découvrez deux facettes inédites et exceptionnelles de ces sites au XVIIIe siècle, inscrits Unesco et de renommée internationale.

Vous n'avez plus qu'à cliquer et c'est chargé !

Bonne lecture.

 Article Mémoires de la Société académique de l'Oise, t. XLV, 2022, parution mai 2023          Couverture Bulletin SAT, t. 68, 2022, avril 2023

 

Mansart de Sagonne à Versailles, Versailles + mai-juin 2023

Découvrez dans Versailles + de mai-juin 2023, le dernier volet des Mansart à Versailles à travers l'oeuvre de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, dernier des Mansart (1711-1778).

Désormais, il n'y a pas que Jules Hardouin-Mansart à Versailles aux XVIIe et XVIIIe siècles !

À lire ici :

Article Mansart de Sagonne à Versailles, Versailles +, mai juin 2023, p. 26-27Mansart de Sagonne à Versailles, Versailles +, mai-juin-2023, p.26-27 pdf

  

    Couverture Versailles +, n° 157, mai-juin 2023           Mansart de Sagonne : Maison de Charité de la paroisse Saint-Louis, rue de l'Orangerie, Versailles,  années 1750

Architectes et Bâtiments, identifications 2011-2023

Outre les Mansart, objet de mes études depuis plus de 30 ans, mes recherches archivistiques m’ont conduit depuis une douzaine d’années à rendre divers bâtiments à des architectes méconnus jusqu'ici.

Voici la liste de ces identifications avec les dates et publications correspondantes :

Gabriel-Auguste Ancelet (1829-1895)

Résidence impériale d'Arteaga (Espagne, 2023)9

 

Louis Gallois (1827-1893)

Château du Petit-Thouars (Indre-et-Loire, 2021)7

Château de Sonnay (Indre-et-Loire, 2021)7

 

Pierre-Marie-Arsène Lafargue (1852-1931)

Château du Petit-Thouars (Indre-et-Loire, 2021)7

 

Pierre Meusnier (1711-1781)

-Palais du Commerce de Tours (2004)1 et 6

-Château des Ormes, pavillons d'entrée, pavillons latéraux et ailes en retour (2011)2

-Abbaye de Fontevraud, Logis Bourbon (2011)2 et 6 

-Château de Grillemont, logis et ailes en retour XVIIIe, communs XVIIIe (2019)5

 

Nicolas Pineau (1684-1754)

-Cheminée de la galerie du château d’Asnières (2012, château des Ormes, Vienne)2

 

Bernard Poyet (1742-1824)

-Château des Ormes, corps central sous la direction de Charles De Wailly (2011)2

-Grande grange ou grange-écurie des Ormes sous la direction de Charles De Wailly (Vienne, 2011)2

 

Octave Raquin (1837-1897)

Extension de l’Hôtel du Palais à Biarritz. Le célèbre plan en E de l’établissement (2016)4

 

Jean-Baptiste Saint-Joir (1720-1775)

-Château et jardins de Villandry au XVIIIe siècle (2022)8

-Décoration rocaille de l'église Saint-Pierre de Ville-Issey (Meuse) pour Jean-Nicolas Jadot, architecte de François-Etienne de Habsbourg-Lorraine, empereur du Saint-Empire romain germanique10

 

Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)

Elévation de la « grande tour » ou donjon de la résidence impériale d’Arteaga, exécutée par G-A. Ancelet (Espagne, 2023)9

 

Charles De Wailly (1730-1798)

-Salle à manger du château d’Asnières (2011)2-3

-Plan et élévation de la grande grange ou grange-écurie des Ormes (Vienne, 2011)2

 

      Charles De Wailly, Grange-écurie des Ormes (Vienne), 1766-1768 ©Ph.Cachau           Gabriel-Auguste Ancelet - Eugène Viollet-le-Duc, donjon d'Arteaga, 1859-1860 ©Ph.Cachau                      

 

Bibliographie (par ordre chronologique)

1.Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, dernier des Mansart (1711-1778), thèse d’histoire de l’art, Paris-I Panthéon-Sorbonne, juin 2004, Daniel Rabreau (dir.), 3 tomes.

2.Le château des Ormes, coll. "Itinéraires du Patrimoine", Service régional de l’Inventaire de Poitou-Charentes, Geste, Poitiers, 2013 (préface de Ségolène Royal, présidente de Région).

3."Le mécénat du marquis de Voyer au château et aux haras d'Asnières-sur-Seine : enjeux  politiques et culturels (1750-1755)", Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art français, année 2013, 2017, p. 139-171.

4.Étude historique sur l’Hôtel du Palais à Biarritz, des origines à nos jours, Hôtel du Palais, Biarritz, mars 2017 (à paraître).

5.Recherche documentaire XVe - XXe siècles sur le château de Grillemont (Indre-et-Loire), 2018 - 2019.

6."Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne – Pierre Meusnier : la vraie histoire du Palais du Commerce de Tours, 1757-1759", Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LXVI, 2020 (2021), p.81-94.

7."Les architectes Gallois et Lafargue au château du Petit-Thouars : un bel exemple de néo-gothique tardif (1873-1901)", Bulletin de la Société d’Histoire de Chinon Vienne & Loire – Amis du Vieux Chinon, t. XII, n° 6, 2022, p. 903-920.

8."Métamorphose de Villandry au XVIIIe siècle : les superbes aménagements du comte Michel-Ange de Castellane (1756-1775)", Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LXVIII, 2022 (2023), p. 62-85.

9.Artega : le château en Espagne de l’impératrice Eugénie et de Napoléon III, 2023 (à paraître).

10.Identifié en mai 2023. Article à paraître.

Les boiseries de la Maison de Sylvie à Chantilly par Jean Mansart de Jouy : un grand moment des arts décoratifs du XVIIIe siècle

C’est un grand moment des arts décoratifs du XVIIIe siècle : les boiseries du Pavillon de Sylvie à Chantilly, réalisées en 1756, rendues par mes soins à Jean Mansart de Jouy.

L’architecte était alors au comble de la renommée depuis que la façade de Saint-Eustache à Paris et sa grande place prévue au-devant lui furent confiées en 1754.

Après l'identification des boiseries en 2021, découvrez dans mon dernier article des Mémoires de la Société académique de l’Oise, t. XLV, 2022, « De Dreux à Chantilly : les boiseries du pavillon du Carré à la Maison de Sylvie" (p.146-167), les motifs qui y ont conduit.

Quand deux décors majeurs du XVIIIe siècle par les derniers Mansart, les salons des châteaux d’Abondant (Louvre) et d’Asnières (Cliveden House, GB), identifiés comme tels par Bruno Pons en 1995 dans son fameux ouvrage Grands décors français, en donnent un troisième : les boiseries animalières du salon du pavillon de chasse du comte d’Eu, cousin germain de Louis XV, en forêt de Dreux.

Boiseries qui furent démontées et installées en 1883 par le duc d’Aumale dans un salon spécialement conçu à cet effet par Honoré Daumet (1826-1911), architecte du duc à Chantilly et du Tout-Paris de la Belle Époque, ainsi que par le sculpteur ornemaniste Gustave Germain (1848-1909), lui aussi très en vue.

J’exprime toute ma gratitude aux personnes qui m’ont permis de réaliser cette belle étude et de publier cet article dans son intégralité. Elles se reconnaîtront. Comme je le leur indiquais, elle aurait été confiée à un chercheur autre que cette importante identification n’aurait pu avoir lieu. De la nécessité de confier les bonnes études aux bons historiens…

Pour obtenir la revue, contacter la Société académique de l’Oise : http://soc.acad.oise.free.fr 

Prix du tome XLV, 2022, 288 pages, parution mai 2023 : 28 € + 10 € de port.

 

 Article Mémoires de la Société académique de l'Oise, t. XLV, 2022 (2023)   Boiseries du grand salon de la Maison de Sylvie à Chantilly, Jean Mansart de Jouy, 1756 ©Ph.Cachau                               

Villandry au XVIIIe siècle : le château du comte de Castellane révélé

Découvrez dans le dernier numéro du Bulletin de la Société archéologique de Touraine, année 2022 (parution avril 2023), les plans inédits XVIIIe et XIXe du château, conservés aux Archives départementales et en mains privées, ainsi que de nouveaux éléments sur l’architecte du comte de Castellane, Jean-Baptiste Saint-Joire, dont j’ai révélé l’existence l’an dernier à l’occasion de ma conférence pour la SAT de janvier.

Cet article est aussi l’occasion de faire le point sur l’évolution du château (extérieurs et intérieurs) et de ses jardins au milieu du XVIIIe, ainsi que sur la chapelle découverte l’an dernier dans une partie du château demeurée en latence depuis le début du XXe siècle.

Bonne découverte !

Société Archéologique de Touraine

 

    Couverture Bulletin SAT, t. 68, 2022, parution avril 2023          Villandry au XVIIIe siècle, lithographie XIXe            

   

    Signature de Jean-Baptiste Saint-Joire, architecte de Villandry au XVIIIe siècle, ©PhCachau       Signature du comte de Castellane et de son architecte Saint-Joire, ©PhCachau

Villeneuve-l'Etang, le domaine impérial oublié de Napoléon III

Première grande acquisition foncière en Ile-de-France de Napoléon III en 1852, le domaine de Villeneuve-l'Etang, partagé entre Marnes-la-Coquette et Garches, fut intégré au domaine de Saint-Cloud en 1853.

Il fut tour à tour la propriété du maréchal Soult, de la duchesse d'Angoulême et de la famille De Caze de La Bove au début du XIXe siècle.

Les vestiges de ce domaine, malmené par les aménagements et amputations des XIXe et XXe siècles, sont à découvrir dans l'Album Photos.

Un domaine paysager à l'anglaise qui devait influencer celui de Biarritz en 1854-1855 au même titre que le parc du Petit Trianon.

Un domaine à la jonction de mes travaux sur les Mansart et les résidences méconnues du Second Empire puisque c'est sur ce domaine que se trouvait le château de l'Étang, remanié à la fin du XVIIe siècle par Jules Hardouin-Mansart, disparu dès les années 1710 au profit d'autres constructions disposées près de l'étang et sa rivière aux XVIIIe et XIXe siècles.

Bonne promenade !

 

     L'étang et son îlot, ©Ph.Cachau          Pont sur la rivière de l'étang du domaine, ©Ph.Cachau